Les Sabres de la Justice

Alliance du monde d'After End
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une vieille promesse...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashitaka
La Légende vivante
La Légende vivante
avatar

Nombre de messages : 7168
Age : 26
Alliance : Les sabres de la justice
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Une vieille promesse...   Jeu 21 Juin - 21:19

Ashitaka alla dans sa cave. Le lieu était de plus en plus fréquenter, et certain ne prenaient même plus la peine de cacher leur venuent: la farine que mettez à terre Ashitaka ne les ennuyeux plus le moindre du monde!

Face à de tel fréquentation, Ashitaka n'avait plus que des bouteilles de "vin neuf", et quand il souhaitait boire du vin de grande qualité, il passer commande chez son désormais amis vigneron.

La journée avait était assez bonne, et seul onze bouteille lui avais était dérober. Après s'être assurez une seconde fois du nombre de "trou" dans ses rangements, il remonta les esacaliers.

Les deux gardes de la porte étaient droit comme des piquets, et il était impossible de savoir si oui ou non ils respiraient. Ashitaka les regarda à tour de rôles droit dans les yeux: les gardes commencaient à rougir. Quelque seconde plus tard, les deux gardes souflérent et se mirent à respirer bruiamment.

Pourquoi reteniez vous votre respiration?

La question n'avais nul besoin de réponse, les gardes avaient simplement essayer de se faire oublier...

Pensiez vous que je ne verrais pas que quelqu'un est allez sans permissions dans ma cave?

Les gardes étaient de plus en plus rouge et n'osez même pas ouvrir la bouche, ils étaient déjà si proche de perdre leurs si tranquille "métier"...

Ashitaka se mis alors à fouillez dans les poches du garde qui était placer à gauche de la porte. Il ne tarda pas à en sortir une bourse. De quelque sous, certe, mais qui était un bon complément pour une personne d'un statut de garde! Il se tourna vers le second, il n'eu pas à fouillez, le garde lui livre la bourse.

Ashitaka les versa sur sa main droite et se mis à compter...


Et bien, pas chère pour onze bouteilles de vins! Il n'a pas de quoi en commander trois!

Les gardes qui regarder désormais le sol afin d'éviter le regard du "petit noble" semblait vouloir s'enfoncer là lance qu'ils tenaient fermemant.

Je n'oublierai pas de retenir le reste sur votre pays! Et dés demain vous changerez de poste.

Ashitaka se retourna, les autres gardes du hall avaient leurs regard river sur la scéne. Ils entreprirent de regarder droit devant eux dés l'instant où ils en eurent le réflexe!

Le fils de petite noblesse qui dirigaient désormais un royaume honorable avait acquis le respect et la crainte de son personnels. Plus personne n'osais le critiquer au sein de sa modeste demeure de crainte de se faire renvoyer de leur si bon poste.

Quand il sorti de la pièce, les deux conerners se regardérent en se disant "ouf" avec leurs yeux.

La pièce où Ashitaka venait de rentrer était un bureau. La salle contenait beaucoup de rangement, et deux bureaux. A l'un d'eux se trouver le chatelin, Bidule, qui était concentrer sur sa feuille. Ashitaka entrepris de s'installer en faisant le moin de bruit possible, et commenca à écrire sa commande.

Ces trois derniers jours, quarantes et une bouteille lui avait était dérober, et cinq autres consommers. Il fit donc une commande pour toutes les remplacers et se rapella d'un fait: il devait encore une bouteille à Angie! [HRP] Aucune explication posible quands à Lucien, donc ont va dire que c'est Ashi qui là doit... [/HRP]
Il ajouta donc une ligne: "Une bouteille de grande ocasion, assez chère mais tu connais mes limtes!"

Il entreprit désormais de sortir du bureau en dérangant le moin possible Bidule, mais ce dernier eu besoin de son avis et l'interpella. Après quelque minute de discution, Ashitaka passa briévement dans le hall en direction de la sortie. Il confia sa missive bien fermer par son cachet à son "messager" avec pour consigne de la donner "à la même adresse que d'habitude".

Le lendemain matin, assez tot, la commande arriva avec un habituelle message griffonait sur un bout de papier. Celui si annoncer: "non disponible dimanche, peut pas venir, mais mercredi sans faute. Ps: réglement non précés, à merc!". Le vignerolle était visiblement surcharger, et les énormes commandes réguliéres d'Ashitaka n'était pas pour l'alléger...

Ashitaka décendit la caisse dans la cave et entrepris de l'ouvrir avec son "pied de biche". Il ne vérifia pas les bouteilles, il faisait suffisament confiance à son amis, et les rangeas une à une. Il trouva tout au fond de la caisse une autre plus petite, de la taille d'une bouteille, qu'il entrepris de délicatement l'ouvrir. Une bouteille dont l'étiquette était à moitié éffacer fit sourrir Ashitaka: son amis avait su cerner la bouteille qu'il lui fallait!

Il remonta dans le hall, les gardes de sa cave avaient sous les ordres du sergent étaient affecter ailleurs, et les deux visages bronzers à l'entrés de "son sanctuaire" lui fit comprendre que le sergent les avaient placer dehors, à un poste un peu plus ensoleiller et intenable...

Il emballa la bouteille dans un papier sensser la garder frais, mais bien consient que sa ne serait pas suffisant, il la reposa dans sa petite caisse adapter. Il colla alors une lettre écrite la veille sur la caisse sur laquel ont pouvait lire:
"Angie, voici le réglement d'une vieille promesse!

Puisse la qualité de cette bouteille me faire pardonner du retard. Et sachez que vous serez toujours la bienvenue dans ma modeste demeure!

Ashitaka."

Le "petit noble" n'avais su que écrire et avait décider de faire simple et court. De plus, il n'aimait guére parler par missive, c'était pour lui sacrément ennuyeux.

_________________

Celui qui craint d'être conquit est sûr de connaitre la défaite.
Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angie Macquart
Nouveau venu
Nouveau venu
avatar

Nombre de messages : 67
Alliance : Ménéloth
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: Une vieille promesse...   Ven 22 Juin - 1:52

Assise seule à mon bureau, plongée dans mes pensées les plus sombres,
j'observe la lame de mon couteau et le sang qui la macule depuis moins
d'un demi-sablier... Il est encore tout frais, mais vu la chaleur
accablante qui rêgne ici depuis quelques cycles, il a déja
commencé à sècher sur le métal brillant.

Je dépose l'arme sur le coin du meuble,
et mes yeux se tournent vers mon avant-bras,
qui vient une fois de plus de subir les assaults de ma
douleur mentale, qui vient une fois de plus de me servir
d'échapattoire, ou du moins c'est ce que j'ai cru encore possible.

Avec ma main à présent libre, je me met à étendre sur ma peau pâle
le sang, source de vie, qui s'écoule des nouvelles entailles que
la lame vient de tracer... Pourquoi même cela ne me libère-
t-il plus de mes tourments? Pourquoi même la douleur
physique ne laisse-t-elle plus mon esprit se reposer?

Dans ma tête, je les entends encore une fois se déchainer,
tous ces souvenirs qui m'empêchent de simplement vivre.

D'abord la mort de cet enfant que mon ventre n'a pas su protéger
des coups de mon monstre de mari, cette pourriture qui doit à
présent danser en enfer mais dont le meurtre ne
m'a même pas soulagée, malheureusement.

Ensuite, je revois cet inconnu qui pose ses
mains sur moi, lors de mon arrivée en ville neutre,
l'envie de violer mon intimité que je peux lire dans ses yeux,
mais aussi la peur et l'étonnement qui y prennent place lorsque
je lui plante ma lame dans la panse, l'envoyant rejoindre l'enfer lui aussi.

Enfin, il y a cet autre homme, le seul que j'ai aimé mais que l'on m'a volé...
Hator Souen, mon Evangeliste, mon Ame Soeur, mon Amour,
mon Espoir, la seule Lumière dans les ténèbres de ma vie.
Je revois nos instants de bonheur dans sa cité, je
repense à la douceur de ses gestes, à notre
égoïsme, notre envie de nous retirer de
la vie publique et politique tous les
deux, pour mieux nous aimer.

Mais le sort en a décidé autrement...
Les pacificateurs ont attaqué sa cité, celle
où nous nous trouvions tous les deux, celle qui
était le berceau de nos premières paroles murmurées,
celle qui avait été témoin de nos premiers gestes tremblants,
celle qui m'avait vue sourire dans ses bras, alors que moi même
je m'en croyais incapable depuis la mort de ce petit être mort en moi.

C'est ce soir-là que tout a à nouveau basculé en moi, peut-être encore
plus violement que par le passé... Il m'a obligée à fuir, à aller
l'attendre à l'abri, il ne voulait pas que quoi que ce soit
m'arrive, et je lui ai obéï, à contre-coeur, mais obéï...

Je ne l'ai jamais revu, il a diparu cette nuit-là, et le peu
d'envie de vivre qui avait réussi à renaitre en moi c'est éteind.
Depuis, je passe mes jours et mes nuits à lutter contre la douleur
de mon âme, tentant de la faire taire grâce à l'alcool ou à la mutilation.
Mais comme l'on s'habitue à tout, cela fonctionne de moins en moins bien.

Soudain, la porte de la pièce s'ouvre, et la vieille femme qui me sert de bonne
dépose devant moi une petite boite sur laquelle est collée une missive.
Je laisse ma domestique sortir, et ouvre le parchemin afin de
découvrir le nom de l'expéditeur du colis: Ashitaka...

Ce nom ne me dit rien au premier abord, et il me faut
un certain temps pour me souvenir qu'il s'agit du nouveau
nom qu'a choisi de porter le Sieur Lucien après le cataclysme,
lorsque le Gouvernement nous a redistribué à chacun un lopin de
terre et nous a octroyer le droit de changer d'identité si nous le voulions.

J'ouvre la boîte et regarde l'étiquette sur la bouteille qu'elle contient.
Et bien, cet homme a mis du temps à tenir sa promesse, mais
il doit s'y connaitre et n'hésite pas à mettre le prix quand
il fait un présent à une Dame, même si celle-ci est
passée au rang de ses "ennemis" à présent,
du moins potentiellement vus nos
alliances respectives.

Je ne boirais pas ce vin seule!
Je referme la boîte et me lêve de mon
fauteuil, afin de me vêtir assez rapidement.
Ensuite, je quitte la pièce et me dirige vers les écuries
afin d'y faire apprêter ma monture au plus vite par le palefrenier.

Il ne met pas beaucoup de temps à faire le nécessaire, et je lui demande
de prévenir de mon absence dès que le jour se lêvera. je place dans
une des sacoches de mon chevak la boîte contenant la bouteille
de façon à ce qu'elle soit protégée des chocs durant le
voyage et je me mets en route vers la Capitale
d'Ashitaka, afin de partager son présent.

J'ignore l'accueil qui me sera fait là-bas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
C.Silverberg
Complétement accro
Complétement accro
avatar

Nombre de messages : 3315
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Une vieille promesse...   Ven 22 Juin - 15:05

Je me trouvais devant la porte, il entra dans la pièce y resta un moment, et revint d'un pied très ferme... trop ferme... Je me raidit, retint ma respiration, peut êtr ne me remarquerai il pas... Mais, il sort, me scrute, ainsi que mon acolyte... Je me retient de rire du mieux que je peux, je dois devenir tout rouge, tellemment l'exercice est dur...
Il se retourne,
je me relâche,
trop tôt!
il revient à la charge, fouille mes poches, me passe un savon! Il ne m'a pas reconnu!! Sauvé!! s'il savait que je lui piquait ses bouteilles en me faisaint en plus une gratte sur les autres... héhé

Par contre beaucoup moins drôle je vais me faire changer de place! Le sergent est un salaud, a la botte d'Ashi, il me met en plein cagnard, à garder les nuage!!
Presque une semaine que je suis là!
Faut que je trouve une solution de repli!!
Je ne peux pas tenir plus longtemps!

Je pretexte donc une envie pressante à mon compagnon d'infortune, et me deveti ce costume de garde, tant pis pour le plan vin...grrrrr

Je commence à essayer de filer de ce chateau quand je tombe sur un coursier en possession d'une bouteille de vin fort appetissante!


hé la l'ami!! ou va tu avec ce petit trésor??
C'est pour Dame Angie, de la part de mon seigneur et maitre! me répond t-il!

Comment?? Pour Dame angie?? Mais! Nous sommes guerre contre Ménéloths pourtant? Même si tout cela est complqué...
Hummm... je vais rester dans une auberge pas loin, pour essayer d'en apprendre plus...
Je passe donc plusieurs jours à guetter les messagers et les coursiers d'Ashi, mais rien aucun d'entre eux ne partait plus en direction des terres Ménélothiennes... Je commençait me dire que je m'e faisait du soucis pour rien, quand un cavalier... Non, une cavalière lourdement armée, mais non dépouru de charme approchais des portes de la capitale.
Nyméria?? Non, ce n'est pas elle avec un regard pareil, mais qui alors??
Je reconnu soudainement les couleurs Ménélothiennes! Angie?! En plein territoire ennemie? Mais comment? Quelle est cette folie!
Je decida de suivre de loin la cavalière, il me fallait savoir ce qui se tramait la dessous...


[hrp:] comment se taper l'incruste dans un RP! Razz [\hrp]

Edit Ashi: un chateau t'apelle sa une modeste deumeure? Mouai... BIIIIIP! J'habite dans une maison digne d'un simple bourgeois, je ne suis pas issu d'une famille riche! Je suis déjà en train d'écrire la suite donc sa sera croiser...

_________________
Le Devoir de Mémoire,
Attention! Sinon Hier sera demain!
[La Ruda]

Si je meurs prématurement, c'est que j'aurais fait un ménage de printemps Rolling Eyes

http://abalkis.labrute.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashitaka
La Légende vivante
La Légende vivante
avatar

Nombre de messages : 7168
Age : 26
Alliance : Les sabres de la justice
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Une vieille promesse...   Ven 22 Juin - 17:43

[HRP] En vériter, Ashitaka n'a rien avoir avec Lucien mais sa n'a aucune importance! [/HRP]


La modeste maison d'Ashitaka se trouvait dans le village qu'il avait fonder, Palmacosta. C'était un village de taille moyenne, loin d'être le plus petit de son royaume mais il n'était pas bien grand par rapport à d'autre. Le village avait pour spécificité d'être cotièr: un vaste port recouvrait toute la largeur du village et en faisait sa fierter. Si les navires de guerre était casi inexistant, ils y avaient de nombreux navires de transport et beaucoup de place pour les pécheurs!

Le village ne posséder qu'une entrée, il était entourer de rempart de deux mettres de haut équiper de pics dans l'unique but d'empécher l'intrusion de brigant. L'entrée était large de huit métres et était bien garder par la milice qui vérifier les idéntités de chaque passant devant bénéficier d'un laisser passer. Une longue banderole était tendu entre les deux remparts, il y était inscrit:
"Le village cotier,
Palmacosta".
des deux faces qu'elle possédait.

Le route, bien droite, continuer jusqu'au port visible à l'oeuil nu. Les mouettes y vollaient en nombre donnant un fond bleu/blanc au village. Il n'y avait aucun quartier, les maisons bourgeoise était mélanger à ceux des simples villageois et des forgeront donnant une impréssion de parfaite harmonie... quand ont ne connaissait pas les plaintes! Ashitaka et le chatelin ne cesser d'en recevoir de la part des nobles et bourgeois se plaignant du bruit de 7heures à 23heures de la part des courrageux ouvrier de la capitale. Le "cesser de travailler" mis en place outre ces horraires saigner déjà les commercants et ouvriers les plus démunies qui avaient désormais du mal à désserer leurs ceinture, alors il était hors de question de les pénalisers pour ces faignants de nobles et les bourgeois qui ne font que signer quelque bout de papier et qui ne césse jamais de brasser de l'argent!

Une cavaliére s'approchait de la capitale.

La milice était de simple villageois, plus ou moin fidéle à leurs seigneurs. Ils étaient sans exeptions sous un uniforme et armés d'une lance. Leur travail était simple: il devait maintenir l'ordre à l'intérieur de la cité, et éventuellement combattre des brigands (ce qui n'était encore jamais arriver aux passages). Les miliciens affecters à l'entrée de la capitale avait également pour devoirs de vérifiers touts les laissers passer qui n'était attribuer qu'aux villageois et commercants par l'unique capitaine de la ville, et les exeptions par le chatelin.

La cavalière ne fut pas reconnut et du se présenter. A la seul entente de son alliance, les lances se tendirent pour bloquers le passage sur les huits mettres de largeur. Le sergent lui adressa la parole:


En tant que seigeurs, mon capitaine ne peut vous attribuez de laisser passer, même temporaire, vous êtes priez de patienter le temp de contacter le chatelin!

Le sergent sauta sur son chevak et se mit au galos en direction de la demeure d'Ashitaka, il ne fallait pas deux minutes pour y arriver.

Arrivant au pas de course dans le hall, il pris la porte de gauche qu'il avait visiblement déjà franchi plus d'une fois.


Sergent -Chatelin Bidule, une dame du nom d'Angie est à nos portes, doit-je la laisser entré?

Bidule -C'est une conaissance d'Ashi', tu peut là laisser rentrer mais sans armées hein!

Le chatelin souriant, sort un papier qui porte déjà le cachet d'Ashitaka et de sois même, le segent en lu le titre: "Laisser Passer". Il y griffona deux lignes, signa le papier et le confia aux sergents:

Bidule -Conduisait là içi, je vais prévenir Ashi' de son arrivait!

Le sergent retournit au galop d'où il venait tandit que Bidule et Ashitaka attendaient Angie dans le Hall

_________________

Celui qui craint d'être conquit est sûr de connaitre la défaite.
Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angie Macquart
Nouveau venu
Nouveau venu
avatar

Nombre de messages : 67
Alliance : Ménéloth
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: Une vieille promesse...   Lun 25 Juin - 22:36

[HRP] Je ne suis jamais lourdement armée^^[/HRP]

La route ne fut pas longue, ou en tous cas elle ne me sembla pas l'être.
Mais qu'est-ce que le temps? Une simple notion, bien différente
d'une personne à une autre, d'une situation à une autre!

Un sablier passé dans les bras de l'Evangeliste, c'était bien court...
Un sablier à l'attendre cachée dans les bois, c'était bien long...

Enfin, me voici donc arrivée aux portes de la ville où vit le Sieur Ashitaka.
Suis-je consciente que me présenter seule là-bas est dangereux,
au vu des relations plus que tendues qui ont toujours
existé entre nos deux alliances? Oui et non...

Qu'est-ce que le danger? Etre face à face avec ce qui nous effraie le plus?
Si cela est la définition du danger, alors non, je ne suis pas en danger!
Ma seule peur n'est pas la Mort... Ni les blessures, ni la torture...
Ma seule peur, c'est ce qui vit caché au fond de moi et que
je devine devenir un jour bien plus fort que ma volonté.
Oui, ma seule peur, c'est cette folie que je sens
somnoler au plus profond de mon être...

Je n'ai pas le temps de me présenter de moi même, car un garde s'approche
et me pose la question. Immédiatement, je décline mon identité, et
comme je m'y attendais, les lances se tendent de toutes parts,
dans les mains des agents ayant en charge la sécurité du
village.Je reste très calme, étrangement, et lêve la tête.
Je descend de ma monture et prend la bouteille
hors de la sacoche dans laquelle je l'ai rangée.


Quel danger pensez-vous que je représente, seule comme je le suis?
Pensez-vous que si j'étais venue ici avec un projet néfaste,
je serais venue ainsi, sans armée? Réfléchissez...

Un des hommes s'éclipse et ne tarde pas à revenir avec un laisser-passer
qui m'est destiné. Les lances s'écartent, et je suis l'homme qui me
conduit alors jusqu'à une demeure assez modeste.
Il m'ouvre alors la porte, et me fais pénétrer.
Devant moi se trouvent Ashitaka et un
homme qui m'est totalement inconnu.


Je voulais vous remercier pour la bouteille...
Et surtout, je n'avais pas envie de la boire seule...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashitaka
La Légende vivante
La Légende vivante
avatar

Nombre de messages : 7168
Age : 26
Alliance : Les sabres de la justice
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Une vieille promesse...   Mer 27 Juin - 0:46

Angie présenta la bouteille qu'Ashitaka avait envoyer et lui annonca qu'elle ne voullait pas la boire seule.

Je suis certain que nous aurons beaucoup de chose à nous raconter autour d'un verre!

Le hall était assez large et presqu'aussi long. Il faisait d'ayeur toute la longueur de la maison! Il y avait l'escalier en face, en forme de U, qui permettait de monter à l'étage où il y avait trois chambres et une grande salle de garde. Au rez de chaussé, il y avait quattre piéce. A gauche de l'entré, il y avait le bureau du chatelin et du jeune seigneurs. A droite, l'entré de sa trés convoité cave. Au fond à droite se trouvé la cuisine et une réserve accéssible (accéssible uniquement par la cuisine) et aux fond à gauche, la salle à manger qui contenait une tabe assez longue où tout le monde mangé avec tout autour des bibliothéques remplies de livre sur un sujet centré apprentissage: les fins stratégies des anciens grands de ce monde ; défendre un villages ; les avantages de la nourriture ; les failles exploitables du systèmes... bref: tout ce que sont défunt père lui avait fait lire dans sa jeunesse et qui l'amena à pouvoir correctement gérer un village puis deux puis à en conquérir d'autre afin de libérer les peuples opprimés ou "sans chef fixe".

Il n'y avait aucune décoration particuliére dans la maison, et la plupart des murs était blanc. Le nombre de garde semblait démesuré pour ce qu'il y avait à protéger, d'autant plus qu'aucune guilde de voleur ou de brigand ne pouvait s'installer dans une ville "fermée"!

Ashitaka se dirigea aux fonds pour empreinter la porte de gauche. Il confia son arballéte et son sabre à un garde avant d'invité Angie et Bidule.


Entrées, je vous en pris!

Il fit signe à chacun de s'asseoir et en fit de même.

Je suppose que vous ne connaissez pas le chatelin! Il se nomme Bidule et est pour moi indispensable qu'en aux simple droit de pouvoir gérer des terres! D'ayeurs, je serais réellement incapable de faire quoi que ce soit sans lui!

Bidule se permis de détaillé à Angie:

Quand Ashitaka a fait construire cinq maison aux bord de cette mer, il a voullu en faire un village mais le seigneur des comtés ne lui a pas permis de gérer seul des terres, faut dire que c'est encore un gamin!

Ashitaka fronca les sourcilles afin de prendre un air méchant et se mit de suite à sourrire. Bidule continua:

Bref, je suis condamné à gerer les finances de ce faignéant! Pendant que lui se pavane devant ses armés, recruter par ses soin, certes, mais avec qu'elle argent, je vous pris de deviner!

Ashitaka regardait avec malice Angie en attendant de savoir ce qu'elle pourrait bien dire.

Quand à Bidule, bien plus mur que le jeune "seigneur" se demanda si leurs boutade n'étais pas en train de fatiguer Angie... de plus, il avait peur pour passer pour aussi "gamin" qu'Ashitala alors qu'il avait bien plus de poil au menton! Il chercha donc à revenir à une conversation sérieuse...


Assez parler de nous, le chemin jusqu'à Palmacosta ne fut pas trop fatiguant? S'il vous faut quoi que ce soit...

_________________

Celui qui craint d'être conquit est sûr de connaitre la défaite.
Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angie Macquart
Nouveau venu
Nouveau venu
avatar

Nombre de messages : 67
Alliance : Ménéloth
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: Une vieille promesse...   Jeu 28 Juin - 13:32

Etrangement, Ashitaka n'a pas l'air très surpris de ma visite,
comme si celle-ci était naturelle... Une simple visite de courtoisie.
Il nous conduit jusqu'à une pièce magnifique, et nous prennons place.
Ensuite, il me présente l'homme qui l'accompagne, et tous deux me parlent
de la "relation" qui les unit. Bizarrement, je ne m'étais pas imaginée que le Sieur
Ashitaka ne dirigeait pas seul, qu'il n'était pas le seul maître de ses terres, etc...
Il est vrai aussi que je ne l'avais pas pensé si jeune de caractère et d'apparence...

Mais peut importe, je ne suis pas très âgée moi non plus, même si la douleur
et le chagrin ont marqués mon visage comme l'auraient fait de nombreuses
années... Je dois sans doute avoir l'air plus vieille que mon âge...
Je les écoute tous les deux et en profite pour poser la
bouteille sur la table. Ensuite, j'ouvre la bouche.


Vous avez bien de la chance, Seigneur Ashitaka,
d'avoir quelqu'un qui vous "aiguille" dans vos décisions,
même si parfois cela doit être un peu comme un frein d'attendre
un accord pour une dépense en troupes, matériel militaire, etc...

Mais j'en oublie votre question concernant mon voyage!
Il s'est bien passé, je vous remercie... J'aime voyager seule et
simplement, oublier un peu toutes les responsabilités qui pèsent sur mes épaules.

[HRP:]Je suppose que nous attendons Silverberg, non?[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
C.Silverberg
Complétement accro
Complétement accro
avatar

Nombre de messages : 3315
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Une vieille promesse...   Jeu 28 Juin - 14:36

J'assistai donc à l'arrivé d'Angie à la porte de la ville, la réaction des gardes fut parfaite, les lances se tendirent appuyé par un air menaçant... Oui, oui, soyons noble en accueillant l'ennemis en nos terres, mais n'allons pas non plus faire ami ami avvec eux!
Toutefois, elle fut autorisée à pénétrer dans l'enceinte de la ville et allait surement être accueilli par Ashi...

Une fois Angie entrée je me décida donc à mon tour de passer la porte et d'aller participer à cette rencontre pour le moins étrange...
Je m'engageais donc sous dans l'entré quand une lance vint me barrer le passage...


Quoi?? Comment osez vous?? laissez moi passer!! Savez vous qui je suis?? Je suis Caesar Silverberg, membres éminent des Sabres de la Justice! J'attend à ce que vous me présentiez vos excuses sur le champ!!

Le garde se mit à rire,Ouais c'est ça! et moi je Nymeria la Rose du désert!! ahahaha!

Quoi! mais ne reconnaisez vous pas mes couleurs, et sache sac à vinnasse que Dame Nymeria est aux entipode de toi! C'est dire à quel point tu es laid!

le garde s'époumona de plus belle,

Moi tout ce que je vois c'est type crasseux qui ne porte aucune armoirie!
allez dégage ou je te fais jeter au cachot!

Hé oui, a passer une semaine dans une auberge miteuse... Me voilà de venue complétement horrible, moi, si resplendissant pris pour un vagabon, cette idée me fit tourner le sang.
J'empoigna la lance de la main gauche et trancha à l'aide de mon sabre la pointe.

Maintenant tu vas me laisser passer! ou ça va mal finir pour toi!

Malheuresement, je n'eu pas beaucoup plus de temps de mettre mes menace à exécution que déjà 8 gardes déboulaient devant moi et m'avait entouré...
Mmmh... Ah c'est aps vrai dans quoi me suis je encore embarqué! rahhh!!
Essayant de prendre un sourire enfantin :

Hé les gars, ne nous énervons pas, c'était un plaisanterie! ahaha!
Bon ben je vais y allez...

Je commençais à faire demi tour quand deux gardes m'empognèrent, et je n'eu aps beaucoup le temps de me débattre que je recevais un coup derrière la tête...

Un seau d'eau m'arriva sur le visage, je fut projeter contre de la paille, une porte claqua et à nouveau l'obsurité...
Ma tête résonne encore du coup porté, et l'odeur de l'endroit n'est pas fait pour l'arranger... Et bien voilà, m'y voici au cachot...
Attend que je sorte de là maudit garde!

_________________
Le Devoir de Mémoire,
Attention! Sinon Hier sera demain!
[La Ruda]

Si je meurs prématurement, c'est que j'aurais fait un ménage de printemps Rolling Eyes

http://abalkis.labrute.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashitaka
La Légende vivante
La Légende vivante
avatar

Nombre de messages : 7168
Age : 26
Alliance : Les sabres de la justice
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Une vieille promesse...   Lun 2 Juil - 20:49

[hrp] Tu m'a bien fait marrer Silv, toujours aussi con! Very Happy

Sinon, désoler pour le "retard" mais je vois pas le temp passer en ce moment![/hrp]

Angie lui parlait qu'elle aimait voyagait seule pour oublier ses responsabilitées... Ashitaka n'y pensais même pas, militairement il n'avait jamais eu de problème. L'économie du royaume était gérer par le chatelain et il ne se donner même plus la peine de donner son accord: le chatelin était bien meilleur que lui dans ce domaine et savait mieu que quiconque à Palmacosta ce qu'il fallait faire. Depuis que le petit noble avait batis son village la vie lui sourrier de nouveau et il n'avait plus à pleurer comme il l'a tant fait autre fois.

Entendre Angie le ramena brusquement dans son passé. Il n'imaginait pas que d'autre "seigneurs" pouvaient avoir subbis un passé douloureux!

La voix de Bidule le ramena dans le présent:


Pour sur que c'est un frein! Il faut dés fois attendre le journée pour qu'il revienne de la taverne!

Ils furent alors déranger par un garde qui tembourina la porte. Ashitaka lui ouvrit...

Garde: -La milice veut vous parlez!

Ashitaka: -Faites les venirs!

Un sergeant se présenta devant la porte:

Sergeant: -Ont a ramassé un clochard à l'entrée de Palmacosta, il provoquait nos troupes!

Ashitaka: -Faites lui passer la nuit au cachot, il comprendra la leçon!

Sergeant: -Surement! Mais si je vous dérange c'est parce qu'il n'arréte pas de se plaindre! Il dit vous connaîtres et s'identifies sous le nom de Silveurbeurk je crois...

Ashitaka: -Silverberg! Mais c'est pareil...

Bidule: -Il n'a pas de laisser passer?

Sergeant: -Oh que non chatelin! Nous l'auriont jamais jetter aux cachots en le sachant seigneur et amis de monsieur Ashitaka!

Ashitaka: -Amis... amis... c'est vite dit! Pas plus tard qu'hier il est encore venu se servir dans ma cave! Je sais qu'il ne sais compter que jusqu'à 10 mais s'il est capable de se faire aider pour attaquer, il devrait pouvoir se faire aider dans ses comptes!

Sergeant: -Fort bien! Mais que faisont nous?

Bidule: -Je peux allez l'identifier si tu veut Ashi!

Ashitaka: -Non non! Dite lui de ma part que si il est l'authentique Silverberg, son royaume sera bien ce passer de lui!

Sergeant: -Doit-je lui faire passer la nuit au cachot?

Ashitaka: -Non... disons que vous n'avez qu'à lui faire passer l'heure puis vous le jetterez dehors!

Sergeant: -Compris!

Le sergeant salua Angie de la tête puis tourna le dos à la porte pour retourner à ses obligations...

_________________

Celui qui craint d'être conquit est sûr de connaitre la défaite.
Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
C.Silverberg
Complétement accro
Complétement accro
avatar

Nombre de messages : 3315
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Une vieille promesse...   Ven 6 Juil - 16:50

Je me trouvais dans ce cachot humide et puant depuis peut être une heure quand un garde se fit entendre.

Garde : Hé la clochard, le Seigneur Ashitaka ne veut pas te recevoir si t'es sage on te laissera sortir dans une heure!

Silv : Quoi?? dans une heure?? Et Ashi ne veut pas se déplacer!! Mais! Vous lui avez dit qui je suis??

Garde : C'est Seigneur Ashitaka! Manant!! et maintenant boucle la, que je fasse la sièste!!

Et bien... Me reste plus qu'a prendre mon mal en patience... Et moi qui voulait me meler à leur petite conversation... et surtout gouter cette fameuse bouteille!

_________________
Le Devoir de Mémoire,
Attention! Sinon Hier sera demain!
[La Ruda]

Si je meurs prématurement, c'est que j'aurais fait un ménage de printemps Rolling Eyes

http://abalkis.labrute.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angie Macquart
Nouveau venu
Nouveau venu
avatar

Nombre de messages : 67
Alliance : Ménéloth
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: Une vieille promesse...   Mer 1 Aoû - 23:09

HRP: Désolée pour le temps de réponse Embarassed

Le Seigneur Ashitka commence à me répondre,
mais bien vite il est interrompu par l'arrivée d'un homme
qui vient lui annoncer que sa milice doit lui parler. Il ordonne
alors qu'on fasse venir la milice à lui, et un homme en uniforme
ne tarde pas à arriver. J'entend qu'il lui parle d'un homme qu'ils ont
intercepté et jeter au cachot, mais je n'écoute pas la suite de ces propos.
Cett histoire ne me regarde pas, et ne m'intéresse pas, alors j'occupe mon esprit
à autre chose, inspectant la décoration des lieux, cherchant l'origine de chaque objet.
Lorsqu'ils en ont fini avec cette urgence, le militaire me salue et quitte les lieux sans plus tarder.


En tous cas, j'aime beaucoup la décoration de votre demeure.

L'ouvrons-nous cette fameuse bouteille?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashitaka
La Légende vivante
La Légende vivante
avatar

Nombre de messages : 7168
Age : 26
Alliance : Les sabres de la justice
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Une vieille promesse...   Ven 3 Aoû - 23:26

Les yeux d'Ashitaka commencer à pétiller... Angie lance quelque flatteri sur les décorations des lieux mais Ashitaka ne les percoits même pas, il commence même à se demander pourquoi Angie n'a pas profiter de cette bouteille seule!
Il se met alors comme d'habitude à se perdre dans ses pensées. Il rêve de cette bouteille puis vite ses pensées divague, en pensant "comment sa peut-être chez elle" puis, "sa capitale est t'elle sombre ou claire" et s'ensuive des délires comme "se pourrait'il qu'à son retour un fleuve gisse sur sa ville" et "m'en voudrait-elle de l'avoir inviter alors que pendant qu'elle buvait, un nouvelle étendart flotter chez elle"!

Bidule remarque qu'Ashi regarde dans le vide et se prend les devants avant qu'une air lourde et pesante oppresse l'invité:


-A vous l'honneur! Après tout, elle est à vous cette bouteille!

Il place trois verre au milieu de la table, en espérant qu'Angie les y remplisse, et que dans sa tache ardue, elle ne remarque pas qu'Ashitaka était perdu dans ses pensées...

Beaucoup d'image passe dans les yeux d'Ashi... il en est arriver à penser à la peste, et à ses parents. "Ils sont partis trop tôt, ou est-ce que dieu existerait après tout! Et s'il m'avait mis à l'épreuve!", seul quelque seconde c'était écouler pour Bidule et Angie, mais c'était suffisant pour que tout un monde passe dans les yeux d'Ashi!

Bidule en avait l'habitude, Ashi était rêveur de nature. Et c'était bien pour sa que le seul domaine dans lequel il le surclasser était celui de la statégie! Mais au fond, Bidule ne savait pas à quoi pouvait t'il penser! Ashitaka était un livre fermer, ont ne pouvait y lire que la couverture! "Joyeux de vivre et gamin" pourrait en être le titre! Mais Ashitaka pouvait souffire au fond de lui, nul ne réussirai à s'en apercevoir.

Ashitaka est désormais en train de penser à tout ses combatants qui ont périt... Lui qui était si bon vivant et qui, grâce ou à cause de la pauvresse de ses parents, se contenter d'un rien pour sourire pensait alors à ceux qui avait trouver la mort par sa faute... "et pourquoi moi suis-je encore en vie? N'ai-je jamais était à porter de canon, avec l'étendart de mes contrées dans mes mains? Que faut-il faire pour que la mort me trouve? Mettre une fléche de trois mettres de haut avec une pancarte "tirer là"?".

Bidule touse bruillament, ce qui raméne Ashitaka à la réalité des choses... Angie est venu pour ne pas boire son présent seule et Bidule, qui vient de tousser s'excuse et pousse la bouteille vers Angie afin qu'elle puisse l'ouvrir... Ses yeux se remette à briller et il attend désormais à déguster ce qui pourrait être le plus bon vins qu'il ai bu cette années...

_________________

Celui qui craint d'être conquit est sûr de connaitre la défaite.
Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une vieille promesse...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une vieille promesse...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une "vieille" secrétaire dont personne ne veut plus ! qui peut me remonter le moral ?
» ensemble62 : Promesse d'embauche
» leyna : recherche d'une promesse d'embauche
» saabriinaa13 : Promesse d'embauche
» Promesse d'embauche.. ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sabres de la Justice :: Partie Publique :: En jeu :: Taverne-
Sauter vers: